La mobilité va concevoir les bureaux de demain

La mobilité va concevoir les bureaux de demain

La société SFL, spécialisée dans l’immobilier tertiaire parisien, a publiéle 5 juin dernier  les résultats de la 5e édition du baromètre Paris Workplace SFL-Ifop, intitulée « Demain tous mobiles ? ».Plus d’un tiers des salariés travaillent hors du bureau au moins une fois par mois.

Les salariés deviennent de plus en plus mobiles

Selon les données récoltées, plus d’un tiers des salariés enquêtés (34%) travaillent hors du bureau au moins une fois par mois, que ce soit à son domicile ou dans un autre lieu. 30% qui sortent du bureau pendant une semaine de travail  type rejoignent un rendez-vous professionnel.

Au niveau interne, les salariés sont également mobiles. « 35% des salariés affirment travailler à deux endroits ou plus sur leur lieu de travail, au cours d’une journée type : salle de réunion, bureaux de passage, espaces de convivialité, bulles de silence, etc. », selon la note dans l’étude.

 

Les jeunes salariés ont révolutionné la manière de travailler

Selon la société, ce sont les jeunes salariés qui sont à l’origine de ce phénomène. La majorité sort du bureau pour une raison personnelle : réaliser une course (63% des jeunes de moins de 25 ans, contre 45% des plus de 50 ans), faire un aller-retour à son domicile (35% contre 9%). Cette mobilité se manifeste également dans leur façon de travailler : 41% des moins de 35 ans travaillent au moins une fois par semaine à l’extérieur du bureau, contre 30% des plus de 35 ans.

Les bureaux sont obligés de s’adapter

55% des salariés dits super-mobiles sont équipés pour travailler depuis n’importe quel espace. Pour s’isoler, ils n’hésitent pas à se déplacer (87 % vs 54 %) et optent pour des espaces de convivialité pour échanger (84 % vs 66 %).

 

En outre, les super-mobiles avouent ne pas avoir de bureau fixe sur leur lieu de travail (21 % contre 8 % pour l’ensemble des salariés). « On assiste donc bien à une révolution de la mobilité intérieure, qui représente un véritable défi pour les immeubles de bureaux qui devront être toujours plus performants et adaptables, en conciliant densité d’occupation, réversibilité des espaces et signalétique efficace », note la SFL.

Du coup, cette révolution de la « mobilité intérieure » a un impact sur la conception des bureaux

 

« Finis les bureaux attribués, les salariés disposent d’un ensemble d’espaces qu’ils utilisent en fonction de leurs activités. Aux traditionnelles salles de réunion s’ajoutent des lieux de silence ou de concentration, des espaces de conversation plus informels ou des aménagements propices au travail d’équipe », comme l’analyse le cabinet de conseil en immobilier d’entreprise Colliers International France.

 

Damienchrego

Laissez votre message