L’immobilier de prestige en 2018 : état des lieux

L’immobilier de prestige en 2018 : état des lieux

L’immobilier de gamme et l’immobilier de luxe sur lequel la France est particulièrement bien positionnée ont connu une année 2018 exceptionnelle. Cette année, les grands acteurs de l’immobilier comptent attaquer sur une bonne dynamique pour continuer à faire rêver le monde entier. Voici un bref bilan

Un marché structurellement déséquilibré

Sans aucun doute, le marché de l’immobilier de luxe est toujours exceptionnel. Sur les derniers mois de la dynamique de ce segment, les grands promoteurs immobiliers à savoir Daniel Féau, Sotheby’ s ou Coldwell Banker ont tous annoncé des hausses de plus de 30 % du montant de leurs ventes en France. Rien qu’à paris et ses environs, le cœur du luxe français ne cesse d’attirer les étrangers et les provinciaux.

En termes de métropole, c’est l’un des premiers marchés résidentiels de luxe au monde. Cependant, le marché est structurellement déséquilibré : l’offre est bien inférieure à la demande. Rien d’étonnant puisque depuis 2000, il n’y a plus de construction immobilière, notamment dans les quartiers soi-disant plus chers très demandés par les étrangers et par les Parisiens. Donc, il s’agit d’un marché dans lequel l’offre se concentre sur l’ancien existant, alors qu’il y a toujours de nouveaux clients.

Le come-back des Français

Depuis un an et demi, l’immobilier de luxe a attiré beaucoup de Français qui sont revenus de l’étranger, un phénomène jamais observé depuis 35 ans. En premier temps, c’est le résultat de l’effet macron avec la suppression de l’ISF pour les valeurs immobilières et la « flat tax. Sur ce marché, plus de 30 % des acquéreurs qui viennent de l’étranger dont 60 % sont des Français. C’est un phénomène totalement nouveau, les français sont de retour.

Autre phénomène, les français qui sont partis pendant 35 ans à cause de l’ISF, il n’y en a plus depuis un an et demi. A cela s’ajoute un effet brexit qui est assez fort étant donné que si on met le marché haut de gamme à un million d’euros à Paris, 95 % des ventes se font en dessous de cette barre. Donc, il n’y a que 5 % des ventes qui se font en dessus d’un million. Ce n’est pas un marché sur lequel l’offre est extrêmement abondante. Le retour des Français liés au Brexit sont des cadres supérieurs dont le travail est lié aux finances et dont le département est rapatrié à Paris. Ces investisseurs immobiliers pèsent effectivement sur le marché.

D’autant que les prix ont beau progressé à Paris parce que l’offre manque. Il reste plus bas qu’à Londres mais reste l’une des villes dont le prix est le plus attractif. (Paris est 1,7 fois moins cher qu’à Londres à qualité équivalente). C’est la raison pour laquelle la capitale française se trouve le top 5 des villes les plus prisées au monde selon le classement effectué par le spécialiste de l’immobilier de luxe Barnes.

Et on peut aussi expliquer ce retour des français vivant à l’étranger à cause des banques à l’étranger qui acceptent de plus en plus de financer les achats en France pour ces français qui venaient d’ailleurs.

Il faut savoir que les prix de l’immobilier de luxe en France ne s’envolent pas mais progressent de 5 % sur un an, variable selon les segments.

 

Damienchrego

Laissez votre message