Blog

Qu’est-ce que la SCI ?

La Société Civile Immobilière ou SCI est un type de placement qui permet à un groupement de personnes de s’unir pour acquérir un bien et pour en tirer des profits. C’est un investissement très intéressant car il donne aux personnes à petits revenus la possibilité de placer plus facilement leur argent sur l’immobilier et de percevoir des loyers régulièrement.

Tout ce qu’il faut retenir sur la SCI dans ce petit dossier !

Le fonctionnement de la SCI

Avant toute chose, il convient de noter qu’il faut au moins deux personnes physiques ou morales pour monter une sci. Puis, cette société doit normalement être administrée par un gérant qui est désigné par les associés eux-mêmes.

Lors de la création d’une SCI, il est impératif de dresser ses statuts dans lesquels vont être indiqués : son nom, son capital, son siège social, sa durée de vie, ses modalités de fonctionnement et les apports de chaque associé.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu’une SCI n’est pas une société commerciale. Par conséquent, les associés doivent acheter des biens immobiliers, tels que des maisons individuelles ou un appartement, seulement pour les donner en location et non pour les revendre.

Pourquoi acheter des parts de SCI ?

Pour parler des principaux avantages de la SCI, il y a lieu de préciser tout d’abord qu’elle permette une transmission exonérée d’impôts. Ainsi, les associés peuvent envisager de transmettre à leurs descendants une somme d’argent importante ou leurs parts de SCI, sans payer d’impôts, et cela tous les 6 ans.

Dans le cas de l’immobilier d’entreprise, la SCI permet au chef d’entreprise de mettre son logement à l’abri des liquidations judiciaires qui touchent les sociétés commerciales. Enfin, dans le cas où la SCI est soumise à l’impôt sur le revenu, les associés peuvent décider d’opter pour la loi Scellier afin de bénéficier d’une réduction d’impôts pouvant aller jusqu’à 37%, à conditions qu’il s’agisse d’un investissement dans le neuf qui s’étale sur 9 ans.

L’immobilier de plus en plus taxé en France

L’institut d’études privé Xerfi vient de publier une série de chiffres et de pourcentages plutôt impressionnante sur l’explosion des impôts, des taxes et des droits d’enregistrement sur le patrimoine des Français. De 1997 à 2019, ils sont passés de 31 milliards à 86 milliards d’euros, soit une hausse de 177% en un peu plus de 20 ans. Si à l’époque, le secteur ne représentait alors que 2,4% du PIB, ce taux est actuellement de 3,8%.

Immobilier : budget, âge… voici le portrait-robot de l’acheteur francilien

Selon les indices Notaire et Insee, le prix de l’immobilier en Ile-de-France est à son apogée. Avec une hausse de 3,9%, il n’y a que du bon pour les vendeurs. Cette nouvelle échelle de prix a donc évidemment démarqué de nouveaux clients sur le marché.

Garantie de loyer sans dépôt bancaire, les avantages que vous devrez savoir

Savez-vous que grâce à la garantie de loyer sans dépôt bancaire vous pouvez payer la caution demandée par votre futur propriétaire bailleur, sans que vous ayez besoin de bloquer votre argent sur un compte épargne ?

En effet, il existe des prestataires qui proposent de se porter garant auprès des propriétaires des biens à louer afin que les particuliers puissent constituer leur dossier sans qu’il soit nécessaire de verser une caution. Cette pratique est de plus en plus répandue en Suisse, et beaucoup de locataires l’ont adopté grâce aux différents avantages qu’elle procure.

Des avantages plus qu’intéressants

La garantie loyer suisse permet aux locataires de se concentrer sur l’essentiel. Au lieu de bloquer une somme important, la plupart du temps l’équivalent de trois mois de loyer, les locataires peuvent l’utiliser pour acheter les mobiliers dont ils ont besoin. Cela est possible tout simplement parce que le prestataire que le locataire a contacté se porte garant auprès de propriétaire.

Ce concept facilite également la vie de beaucoup de locataires. Si vous souhaitez déménager mais que vous ne disposez pas d’une somme importante en guise de caution, la garantie de loyer est parfaitement adaptée à votre situation. Vous n’aurez qu’à payer une prime d’assurance annuelle calculée en fonction de votre situation, mais aussi, de la durée de votre contrat de bail ainsi que du montant de votre caution.

Certes, cela présente de multiples avantages, surtout financiers, cependant, pensez à vous tourner vers un établissement reconnu par les bailleurs pour éviter les problèmes de reconnaissance. Cela est souvent le cas lorsque les propriétaires bailleurs n’accordent aucun crédit à l’établissement que vous avez contacté.

Du coup, en plus de vérifier sa réputation dans le secteur, pensez également à vérifier les différentes offres qu’il propose en fonction de votre situation financière et de vos besoins.

 

Investir dans l’immobilier : les locations de vacances sont-elles rentables ?

En montagne, au bord de la mer ou en centre-ville, les locations de vacances séduisent de plus en plus les vacanciers. En famille, entre amis ou en couple, beaucoup d’entre eux optent pour les locations saisonnières pour leur séjour afin d’économiser et éviter les coûts excessifs des hôtels.

Face à ce marché en plein essor, ce système de location de courte durée dans un logement meublé attirent davantage d’investisseurs. Les locations de vacances sont-elles réellement un investissement rentable pour arrondir ses fins de mois ?

 

Une bonne rentabilité à l’étranger avec le bon choix d’emplacement

Il faut être stratégique dans le choix de la localisation du bien immobilier à louer surtout s’il s’agit d’une location de vacances. Une étude effectuée par Hometogo indique les quelques villes où les locations de vacances seraient les plus rentables. Selon ladite étude, investir à l’étranger permet d’amortir rapidement son investissement en profitant du tourisme mondial.

Pour ce faire, Athènes est une des villes où les affaires seraient bonnes. En effet, le prix moyen du mètre carré y est beaucoup plus abordable avec ses 1 477€/m². En mettant en location un logement meublé à 82€/jour, l’investissement peut être amorti d’ici 15,3 années pour un logement de 76m². Alors qu’à Berlin, il en faudrait 17,9 années pour reconstituer l’investissement d’un logement de 61m² loué à 97€/jour.

Ces durées sont relativement courtes par rapport à Bruxelles où il faut une vingtaine d’années pour rentabiliser un 68m² loué à 111€/jour contre une quarantaine d’années en Amsterdam et en Copenhague où les loyers atteignent les 190€/jour.

 

Un bon retour d’investissement en province

En France, il est plus rentable d’investir dans une location de vacances située en province. Pourquoi ? Si les capitales étrangères rapportent plus, à Paris il en est autrement. Le prix du mètre carré s’élève à 10 022€/m². Il faudrait donc plus de 33 années pour voir son investissement de 71m² porter ses fruits avec un loyer de 131€ la journée.

Par contre, en province, les retours sur investissement s’y font plus rapidement. A l’instar de Le Mans où il ne faut que 5,7 années pour rentabiliser un 62m² dont le prix d’achat est de 1 340€/m². A Carcassonne également, le prix d’achat d’un logement est relativement bas où un 79m² loué à 96€/nuit s’amortit en 6,5 années.

 

Les villes côtières insensibles aux inflations

Certaines villes résistent à l’inflation. Parmi elles, les villes côtières dont le Cap d’Adge où malgré un prix assez élevé du mètre carré à 2 560€, la durée de son amortissement n’est que de 10,4 années pour un 44m² de 91€/jour. C’est bien plus rapide qu’à La Baule ou à Hossegor où un achat immobilier pour location saisonnière ne s’amortit qu’au bout de 22 années.

 

Des facteurs à prendre en compte

Il faut donc retenir que la localisation du bien immobilier tient une place importante dans la rentabilité des locations de vacances. Une forte popularité de la zone géographique ainsi qu’un fort potentiel de valorisation jouent en sa faveur.

Toutefois, il est également important d’assurer une bonne gestion de la location en optimisant sa visibilité via les réseaux sociaux, les sites ou encore les agences. Par ailleurs, tout investissement à l’étranger n’est pas sans risque. Il est recommandé de bien analyser les divers dispositifs tant fiscaux que administratifs.

 

Investissement immobilier : le locatif meublé très rentable

Prisé par de plus en plus de propriétaires, l’investissement locatif devient une source de revenu considérable. Idéal pour compléter les pensions de retraite, il s’agit d’un placement rentable sur le long terme.

Cependant, la fiscalité et les diverses réglementations rognent une partie de la rentabilité. Alors, comment gagner plus ? Une des solutions à envisager est de meubler le logement mis sous location. Ancien ou neuf, le locatif meublé est davantage lucratif.

 

Pourquoi se lancer dans l’investissement locatif ?

A un stade de votre vie, vous serez amené à songer à votre avenir une fois que vous avez quitté la vie active. Vous décidez alors de faire un placement rentable permettant d’assurer vos vieux jours. Quelle activité pratiquer ? Dans quoi investir ? L’investissement locatif s’avère être très intéressant. Imaginez le topo.

Arrivé à la quarantaine, vous achetez, à crédit sur une quinzaine d’années, un bien immobilier pour le mettre en location. Arrivé à votre retraite, vous aurez fini de le payer dans sa totalité. À partir de cet instant, les loyers ne seront plus que des revenus réguliers complétant votre pension retraite. Par ailleurs, en choisissant un régime d’imposition dit « réel », vous pouvez déduire les diverses charges à partir de vos recettes, soit de vos loyers perçus.

Ainsi, les intérêts d’emprunt, les assurances, les frais de gestion et de travaux de réparation du bâtiment seront imputés sur votre revenu du foyer fiscal. L’avantage ? L’impôt sur le revenu à payer sera réduit. Légalement, c’est autorisé.

 

Ancien : gagner jusqu’à 7 % de taux de rentabilité annuelle

Meubler un logement ancien et le mettre sous location permettent de gagner un taux de rentabilité jusqu’à 7 % par an. Pourquoi ? Premièrement, un immeuble ancien coûte largement moins cher qu’un immeuble neuf. La différence entre leur prix de vente est à hauteur de 25 %. Ensuite, son rendement locatif est nettement plus élevé en optant pour un régime du meublé.

Dans ce cas, il est important d’être rigoureux dans le choix de l’immeuble. Il faut effectuer des travaux de rénovation répondant aux normes et surtout l’équiper avec soin. En misant sur la qualité, les loyers y afférant peuvent aller bien au-delà des normes. Enfin, grâce à ce régime, le propriétaire peut jouir d’un impôt réduit car les prix des murs et des mobiliers ainsi que les frais et charges liés aux travaux et assurance sont amortis par le loyer imposable.

 

Neuf : savoir cibler et choisir l’emplacement

En ce qui concerne le locatif meublé d’un logement neuf, sa rentabilité dépend largement de son emplacement que du régime d’imposition. Par exemple, pour gagner un loyer plus rentable, il est judicieux de choisir un logement à destination des seniors ou des étudiants. Investissez donc dans un appartement type 2 ou un simple studio à meubler avec un bail de 9 à 11 ans dans une résidence de service expérimentée destinée à cet effet.

Faites le louer au gestionnaire de la résidence à un bon prix. Non seulement les soucis de gestion sont limités, mais en plus, la perception de loyer est continue même sans locataire. Par ailleurs, les 20 % de TVA sur le prix d’achat sont récupérés. En outre, même si l’emplacement joue un rôle majeur en termes de rentabilité, il faut également tenir compte des avantages fiscaux Censi-Bouvard. Ce dernier propose 11 % de réduction de taxes.

 

Si l’investissement locatif vous intéresse, vous avez maintenant toutes les clés en mains pour réussir votre investissement. N’hésitez pas à bien vous renseigner avant pour un choix rentable et de qualité.

 

 

 

Immobilier : réduction d’impôt Denormandie

Si vous êtes un particulier désirant rénover un logement ancien en vue de le faire louer, le nouveau dispositif d’investissement en immobilier locatif « Denormandie » vous concerne. Si vous n’êtes pas au courant de son existence, ce n’est pas étonnant, car cette loi est encore méconnue d’un grand nombre du public. Zoom sur cette loi remplie de séduisantes promesses et pourtant si peu connue de tous.

La loi Denormandie c’est quoi ?

Définie dans l’article 226 de la loi de finances pour 2019, la réduction d’impôt « Denormandie » implique une défiscalisation pour toute opération immobilière sur un logement ancien. Avec un montant de réduction de 2 % par an pendant neuf années et de 1 % annuel pendant trois ans, l’investisseur bénéficiera d’une réduction de 21 % en tout.

Rapportant gros, ce nouveau dispositif permet ainsi d’économiser dans les 2 000 euros d’impôt durant une douzaine d’années pour un investissement de 100 000 euros au maximum. Toute personne résidente sur le territoire métropolitain peut bénéficier de cette défiscalisation. Pourquoi l’État offre-t-il une telle opportunité ? Il s’agit d’une manière de relancer les investissements dans la réhabilitation de vieilles bâtisses auxquelles un marché locatif existe.

Les différentes conditions d’accès

Une telle aubaine ne se donne pas gratuitement. Il existe cinq conditions à remplir afin de bénéficier de cet avantage fiscal.

Premièrement, il est primordial que le logement soit acquis entre le 1er Janvier 2019 et le 31 Décembre 2021.

Deuxièmement, l’emplacement du bien immobilier doit se situer dans l’une des 222 villes concernées par le Programme « Action cœur de ville » ou dans une ville touchées par les Opérations de revitalisation du territoire. La liste finale des régions visées sera déterminée par un arrêté ministériel.

Troisièmement, les travaux d’amélioration et de rénovation doivent représenter au moins 25 % du montant total investi à savoir le prix du bien immobilier avec les travaux. A noter que l’éligibilité des travaux sera déterminée par décret. Ces derniers doivent être réalisés par l’intermédiaire d’entreprises. Pourquoi ? À cause de l’action de redynamisation des centres-villes de taille moyenne de la loi Denormandie. En effet, il s’agit de remettre sur les rails les immeubles locaux tout en relançant les activités économiques.

Quatrièmement, une fois remise à neuf, l’immeuble doit être mis à location pour une durée de six à douze ans. L’investisseur jouira d’une réduction d’impôt encore plus avantageuse quand la durée de la location s’étale dans le temps. Enfin, la dernière condition implique le respect des plafonds de loyer et des ressources du locataire. En effet, comme il s’agit d’un dispositif social, la loi Denormandie n’est applicable qu’aux locataires disposant de ressources plafonnées.

Les limites du dispositif

Cette loi tombe à pic durant ces périodes où les impôts ressemblent à des pilules restées en travers de la gorge. Mais pourquoi passe-t-elle inaperçue alors que les contribuables peuvent se jeter dessus ? Apparemment, la loi connaît ses limites. En effet, il existe d’autres dispositifs permettant de bénéficier d’une réduction d’impôt immobilier. Parmi eux, le déficit foncier.

Entre autres, il y a déficit foncier lorsque l’ensemble des charges déduites est supérieur aux revenus locatifs. Cette astuce fiscale maximise les revenus locatifs tout en réduisant l’impôt. Comment ? Ce mécanisme permet de déduire les travaux, les loyers sur le revenu de ce déficit foncier plafonné à 10 700 euros par an. Entre la loi Denormandie et ce système de déficit foncier, l’investisseur devra estimer lequel des deux rapporte le plus.

 

L’immobilier de prestige en 2018 : état des lieux

L’immobilier de gamme et l’immobilier de luxe sur lequel la France est particulièrement bien positionnée ont connu une année 2018 exceptionnelle. Cette année, les grands acteurs de l’immobilier comptent attaquer sur une bonne dynamique pour continuer à faire rêver le monde entier. Voici un bref bilan

Un marché structurellement déséquilibré

Sans aucun doute, le marché de l’immobilier de luxe est toujours exceptionnel. Sur les derniers mois de la dynamique de ce segment, les grands promoteurs immobiliers à savoir Daniel Féau, Sotheby’ s ou Coldwell Banker ont tous annoncé des hausses de plus de 30 % du montant de leurs ventes en France. Rien qu’à paris et ses environs, le cœur du luxe français ne cesse d’attirer les étrangers et les provinciaux.

En termes de métropole, c’est l’un des premiers marchés résidentiels de luxe au monde. Cependant, le marché est structurellement déséquilibré : l’offre est bien inférieure à la demande. Rien d’étonnant puisque depuis 2000, il n’y a plus de construction immobilière, notamment dans les quartiers soi-disant plus chers très demandés par les étrangers et par les Parisiens. Donc, il s’agit d’un marché dans lequel l’offre se concentre sur l’ancien existant, alors qu’il y a toujours de nouveaux clients.

Le come-back des Français

Depuis un an et demi, l’immobilier de luxe a attiré beaucoup de Français qui sont revenus de l’étranger, un phénomène jamais observé depuis 35 ans. En premier temps, c’est le résultat de l’effet macron avec la suppression de l’ISF pour les valeurs immobilières et la « flat tax. Sur ce marché, plus de 30 % des acquéreurs qui viennent de l’étranger dont 60 % sont des Français. C’est un phénomène totalement nouveau, les français sont de retour.

Autre phénomène, les français qui sont partis pendant 35 ans à cause de l’ISF, il n’y en a plus depuis un an et demi. A cela s’ajoute un effet brexit qui est assez fort étant donné que si on met le marché haut de gamme à un million d’euros à Paris, 95 % des ventes se font en dessous de cette barre. Donc, il n’y a que 5 % des ventes qui se font en dessus d’un million. Ce n’est pas un marché sur lequel l’offre est extrêmement abondante. Le retour des Français liés au Brexit sont des cadres supérieurs dont le travail est lié aux finances et dont le département est rapatrié à Paris. Ces investisseurs immobiliers pèsent effectivement sur le marché.

D’autant que les prix ont beau progressé à Paris parce que l’offre manque. Il reste plus bas qu’à Londres mais reste l’une des villes dont le prix est le plus attractif. (Paris est 1,7 fois moins cher qu’à Londres à qualité équivalente). C’est la raison pour laquelle la capitale française se trouve le top 5 des villes les plus prisées au monde selon le classement effectué par le spécialiste de l’immobilier de luxe Barnes.

Et on peut aussi expliquer ce retour des français vivant à l’étranger à cause des banques à l’étranger qui acceptent de plus en plus de financer les achats en France pour ces français qui venaient d’ailleurs.

Il faut savoir que les prix de l’immobilier de luxe en France ne s’envolent pas mais progressent de 5 % sur un an, variable selon les segments.

 

Réussir des placements sur une vente immobilière

Il est bien possible de placer des investissements dans une vente immobilière. C’est une ressource fiable et peut être durable si les affaires marchent bien. Vous verrez en bas donc les placements disponibles pour une vente immobilière et les méthodes pour pouvoir réussir la vente d’une maison.

Les placements disponibles pour une vente immobilière

Si vous voulez placer votre argent dans un investissement sûr et durable, vous pouvez choisir l’investissement immobilier. Et nombreux encore sont les placements que vous pourrez effectuer comme vous est montré sur la page dereussir-investir.fr. Le placement dans l’immobilier est un des plus sûrs dans le domaine et vous pourrez placer des sommes importantes sans risque avec des sources d’argent durables. Vous pouvez également vous lancer au sein d’une assurance-vie pour les avantages fiscaux en plus de votre assurance en cas d’incidents. Et le fonds d’investissements qui est un placement collectif afin de bénéficier de différentes ressources venant de divers types d’investissements. Bref, à vous de choisir celui qui convient le mieux. Evitez surtout de vous tromper parce que financer un projet immobilier n’est déjà pas une décision facile à prendre.

Les méthodes pour réussir à vendre sa maison

Pour pouvoir réussir à vendre une maison, diverses méthodes sont disponibles tout aussi efficaces. Pour une vente rapide et satisfaisante, il faut que la mise en vente soit donc parfaite sur toute la ligne. En effet, il faut faire des petites rénovations et des réparations pour embellir et attirer l’attention sur votre maison. La décoration intérieure ou la couleur des murs peuvent faire basculer le choix des acheteurs vers vous. Pour les annonces, privilégiez vos moyens comme le panneau devant la maison et les petites annonces sur les plateformes de mise en relation. Il faut également soigner et accueillir chaleureusement les visiteurs, mais surtout il ne faut pas trainer trop d’affaires personnelles. La visite d’un acheteur définit la décision qu’il va prendre, donc mieux vaut faire attention.

 

Il y a de nombreux choix pour le placement pour une vente immobilière. Vous pouvez donc choisir celui qui vous conviendra le mieux et selon votre situation. Pour une vente de maison réussie, pensez à élaborer des stratégies et des méthodes efficaces et surtout attirantes.

Les fonctions et attributions d’un agent immobilier

Un agent immobilier a comme principale fonction d’être l’intermédiaire d’un vendeur et d’un acheteur. Il vend et loue les locaux commerciaux ou les maisons tout en respectant les normes et les règles de l’immobilier. Ci-après donc ce qu’il faut faire pour devenir un agent immobilier et la manière qu’il gagne sa vie en étant indépendant.

Ce qu’il faut pour devenir un agent immobilier ?

Si vous avez la passion dans l’immobilier, le sens de l’écoute ou la notion juridique alors être agent immobilier est fait pour vous. Pour en devenir un, il faut suivre des règles, des formations et directives car ce métier acquièrent diverses missions et demandes des qualités et compétences. Pour un agent immobilier, il faut détenir les diplômes en immobilier ce qui facilite la constitution d’une carte professionnelle. Le métier d’agent immobilier commence souvent dans des agences et certains suivent leur propre voix après avoir eu les expériences nécessaires. Si vous voulez en savoir plus, rentabiliseo.fr peut donc vous orientez.

Comment l’agent immobilier gagne sa vie s’il est indépendant ?

Comment toute personne qui a un travail, l’agent qui travaille dans le monde de l’immobilier peut être au service d’une agence ou indépendant. Pour ce dernier cas, un agent immobilier doit donc obligatoirement avoir une carte professionnelle et obtenir une garantie  financière. En effet, il a pour principale fonction de mettre en relation un locataire ou un acheteur avec le propriétaire du logement en location ou en vente. Le salaire d’un agent indépendant se base souvent en fonction d’un pourcentage fixé entre les deux parties agent-investisseur. Il peut donc connaître des variations tout au long de l’année puisqu’il ne perçoit pas de salaire fixe mais touche une commission sur les ventes réalisées. Il est totalement maître de sa rémunération sans lien de subordination ni avec des agences.

 

Le métier d’un agent immobilier indépendant présente des avantages surtout dans les commissions à percevoir. En effet, il travaille à son propre compte et gagne plus. Devenir un agent immobilier indépendant peut être facile si on suit tous les conseils nécessaires. Le chemin qui mène à ce métier peut-être long mais une fois arriver, les avantages sont importants.


height="0" width="0" style="display:none;visibility:hidden"></iframe></noscript>
<!-- End Google Tag Manager (noscript) -->